lycéen à l'étranger

Quand partir ? 

Effectuer une partie de sa scolarité dans un lycée à l’étranger, sur quelques mois ou un an, est un excellent moyen de s’ouvrir sur le monde et d’acquérir de solides compétences linguistiques. La pratique et l’écoute au quotidien d’une langue étrangère favorisent son apprentissage et l’acquisition d’aptitudes linguistiques qui vont perdurer sur le long terme. De plus, l’enseignement secondaire sur le continent américain fait beaucoup rêver: encouragement au développement personnel de l’enfant, activités extra-scolaires diverses, grand choix de matières optionnelles, outils technologiques et locaux modernes, enseignement général de qualité, etc.

Les « High School » (lycées) aux États-Unis, au Canada, ou ailleurs en Europe, accueillent chaque année de nombreux lycéens français qui font le choix d’interrompre temporairement leur scolarité française pour vivre une expérience internationale.

Se pose alors la question de la période la plus propice en vue d’une dé-scolarisation temporaire, pour que la réintégration dans le système éducatif français se fasse en douceur.

Quel est le meilleur moment, au cours d’une scolarité, pour intégrer un lycée à l’étranger ? En fait, cela dépend pour beaucoup du programme et du calendrier scolaire. Récemment, la réforme du lycée a chamboulé le traditionnel déroulé des épreuves du baccalauréat. Il est désormais judicieux de partir en scolarité à l’étranger après la classe de Troisième ou après la classe de Seconde. Nous vous expliquons pourquoi dans cet article.

Réforme du lycée, nouveau bac et nouveau calendrier

La réforme du lycée annoncée cette année remodèle considérablement le fonctionnement du baccalauréat, consacrant également la fin des séries des filières générales en Première et en Terminale dès la rentrée 2019. En lieu et place de ces séries, les lycéens devront choisir des disciplines de spécialité, et ce, dès l’année de Seconde. La disparition des séries S, ES et L devrait permettre aux élèves de bénéficier d’une orientation plus souple, davantage centrée sur leurs intérêts, et permettrait ainsi d’éviter de « s’enfermer » dans une voie spécifique ; un travers que le système actuel entretenait. En revanche, pas de changement du côté des séries technologiques qui restent les mêmes.

Partir à l’étranger après la Troisième

Le nouveau système impose donc aux futurs lycéens de seconde de choisir des spécialités dès la rentrée. À la fin de la classe de Troisième, savent-ils tous ce qu’ils veulent faire plus tard, ont-ils une idée précise des matières qui leurs plaisent le plus ? Certains oui, mais ce n’est pas le cas pour tous les élèves. Pourquoi ne pas se laisser le temps de la réflexion et vivre une année d’immersion en High School à l’étranger ? C’est une façon de rendre la transition collège/lycée plus douce. Pendant un an ou quelques mois, l’élève en lycée à l’étranger sera amené à suivre de nouveaux enseignements. Cela lui permet d’affiner ses domaines d’intérêt et d’entamer une entrée en Seconde plus sereine. Il est donc tout à fait pertinent d’effectuer une année scolaire en High School à l’étranger après la classe de Troisième en prévision du choix des disciplines de spécialité. Sur le plan organisationnel, le calendrier des programmes de scolarité en High School que nous proposons à ARAM FRANCE s’accorde avec le calendrier français. Il n’y a donc pas de risque de chevauchement entre l’année scolaire française et celle du pays d’accueil. L’élève parti à l’étranger après l’obtention du brevet des collèges rentre à temps pour intégrer son lycée français en septembre.

Partir à l’étranger après la Seconde

Dans le cadre de cette réforme, le baccalauréat fait également peau neuve. Cette nouvelle formule sera inaugurée lors de la session de 2021 et concernera dès l’an prochain les élèves de Première, puisque, grande nouveauté, les notes en contrôle continu de Première et de Terminale vont aussi compter dans la moyenne du bac ! C’est aussi en fin de Première que les élèves passeront l’épreuve de français. Enfin, les épreuves dites « finales » (4 épreuves écrites et une épreuve orale) se dérouleront en Terminale.

L’intégration du contrôle continu dans la moyenne du baccalauréat concerne toutes les matières de Première et de Terminale et par conséquent, les langues vivantes. Les résultats du contrôle continu comptant dès la Première pour 40% au Bac, on comprend alors l’intérêt qu’il y a de partir à l’étranger avant l’année de Première. Revenir de l’international en étant bilingue dans une langue c’est s’assurer des points supplémentaires au Baccalauréat l’année d’après.

Nous vous déconseillons en revanche de partir à l’étranger entre l’année de Première et l’année de Terminale. En effet, avec la nouvelle réforme et la refonte organisationnelle des épreuves du bac, les classes de Première et de Terminale sont parties intégrantes de la moyenne finale au Bac. Vous préférerez donc probablement profiter de vos vacances d’été et poursuivre votre scolarité française pour ne pas interrompre la dynamique acquise en Première.

Année scolaire ou simple séjour ?

Sachez que si l’expérience d’une scolarité en High School vous intéresse mais que vous ne souhaitez pas vous déscolariser du système français pendant un an, il est aussi possible de partir durant les vacances d’été dans un lycée de l’hémisphère Sud (Australie, Nouvelle-Zélande ou Costa-Rica). L’expérience, bien que condensée sur cinq semaines, n’en est pas moins bénéfique !

Toutefois, ayez toujours présent à l’esprit qu’un départ à l’étranger et une inscription dans une High School se préparent en amont et nécessitent du temps pour les formalités administratives. Pensez donc à vous informer sur les délais d’inscription pour les destinations que nous proposons.

Pensez international !

Les élèves très motivés et disposant d’excellentes capacités d’adaptation à l’international pourront passer le baccalauréat international à l’issue d’une scolarité de deux ans en lycée à l’étranger. Retrouvez notre article sur le Bac International pour en savoir davantage.

A découvrir également “Quels sont les bénéfices d’une immersion dans un lycée à l’étranger !”