L’année de césure

par Agnes BARRAL

Tous les jeunes bacheliers n’ont pas une idée précise de leur projet professionnel ni de la formation post-bac qu’ils veulent suivre. L’erreur la plus commune, c’est de se lancer coûte que coûte dans les études supérieures. Opter pour des études supérieures générales pour ne pas se fermer de portes et se laisser le temps de choisir sa voie, au risque de suivre un cursus par défaut. Ou pire, se lancer dans une formation spécialisée dans un domaine qui ne nous attire pas.

Conséquences ? Échec scolaire, abandon en cours d’année, regrets et frustration. À terme, la nécessité d’une ré-orientation après plusieurs années de scolarité, une éventuelle reconversion professionnelle, la difficulté à trouver un emploi, etc. L’année sabbatique fait peur. On parle à tort « d’année perdue ». Pourtant, prendre le temps de réfléchir à son orientation, c’est un gain de temps par la suite. Savoir où l’on va, pour atteindre ses objectifs plus rapidement. Cela semble peut-être évident, pourtant ça ne l’est pas encore pour tout le monde.

La loi « Orientation et réussite des étudiants » de mars 2018 a remplacé le très controversé Admission Post Bac par la nouvelle plateforme Parcoursup. Ce texte apporte également une base législative à l’année de césure dont la mise en oeuvre jusque là restait très floue dans les esprits. Les modalités et les conditions sont désormais claires et encadrées (voir lien vers le texte législatif publié au journal officiel du gouvernement). Bacheliers hésitants, parents réticents, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas réfléchir à l’éventualité d’une année de césure !

L’année de césure, c’est quoi ?

C’est la possibilité pour tout étudiant inscrit dans une formation d’enseignement supérieur de suspendre temporairement (6 mois à 1 an) sa scolarité pour s’investir dans un projet, une formation ou une expérience – soit de façon autonome, soit au sein d’un organisme d’accueil ou d’un établissement d’enseignement en France ou à l’étranger – et tout en conservant son statut d’étudiant.

L’année de césure : que des avantages !

Faire une année de césure ne veut pas dire déscolarisation définitive ! Grâce à Parcoursup, le retour en France n’est plus source d’angoisse puisque la réinsertion post-césure dans le supérieur est prévue, décidée et actée avant même que l’étudiant ne commence son année de césure.

La période de césure est une opportunité pour réfléchir à un projet, préciser ses domaines d’appétence, réaliser une formation dans un nouveau domaine, conforter ses compétences en langue, partir à l’étranger, vivre une expérience de solidarité, se porter volontaire sur un projet associatif ou éventuellement se lancer dans la création d’entreprise.

En résumé, voici les différentes formes de césure qui s’offrent aux étudiants:

L’année de césure via Parcoursup

Tout étudiant voulant vivre une expérience de césure peut en faire la demande via Parcoursup. Attention, le principe est le suivant : les étudiants ne peuvent effectuer une année (ou un semestre) de césure que s’ils ont été acceptés par un établissement d’études supérieures. L’autorisation de l’année de césure est donc à discuter avec le responsable de l’établissement après l’inscription administrative de l’étudiant. Elle fait l’objet d’une étude au sein de l’établissement où l’élève a été admis. D’où l’importance de préparer avec sérieux toute demande de césure afin de pouvoir défendre son choix. Plus concrètement, la demande de césure est à faire au moment de la saisie des voeux d’inscription dans le supérieur sur la plateforme Parcoursup sous la forme d’une case à cocher.

Il faut savoir que la césure n’est pas un droit accordé sur simple demande. Si vous êtes admis dans une formation via Parcoursup, cela ne veut pas dire que votre césure a été acceptée par l’établissement. La césure est accordée ou non par le chef d’établissement en fonction de la pertinence de votre projet, de votre motivation et de la concordance possible avec le calendrier scolaire de la formation dispensée. Si la demande de césure est validée, une convention signée par l’établissement vous garantira votre réinscription dans la formation à l’issue de la césure.

L’année de césure à l’étranger. Osez la mobilité !

On ne le dit jamais assez : une expérience internationale est un avantage énorme sur le CV. Enrichissement personnel, culturel et linguistique, autonomie, débrouillardise, etc. sont autant de bénéfices à tirer d’une année de mobilité internationale. Pourquoi ne pas profiter de la période de césure pour booster son niveau de langue ? Avec l’importance que prend la maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères dans un contexte professionnel touché par la globalisation, on ne saurait que trop conseiller ce choix. C’est en tout cas le parti pris de beaucoup d’élèves qui tirent profit leur césure en intégrant une formation linguistique ou en s’investissant dans une première expérience professionnelle à l’international.

Que faire dans le cadre d’une année de césure à l’étranger ?

Travailler ? Étudier ? Ou faire les deux à la fois ? Avec ARAM FRANCE c’est possible ! Nos programmes « Formation linguistique à l’étranger » et « Expérience professionnelle à l’étranger » sont modulables pour s’adapter parfaitement au calendrier scolaire des établissements français et vous permettre, à votre retour de césure, d’intégrer votre formation dans le supérieur en septembre.

Suivre une formation linguistique à l’étranger

Le programme « Formation linguistique à l’étranger » se décline sur une multitude de destinations au choix: Angleterre, Australie, Canada, Corée du Sud, Espagne, Irlande, Japon, Nouvelle-Zélande et États-unis. L’année de terminale achevée et votre bac en poche, vous pouvez intégrer une école de langue renommée à l’étranger pour booster votre niveau d’anglais ou d’espagnol ou bien vous initier au coréen et au japonais ! En immersion totale, vous vivrez au rythme de votre pays d’accueil, entre cours de langues et activités encadrées par les équipes pédagogiques. Ces programmes sont « à la carte », car vous pouvez décider de la durée de votre séjour et être de retour à temps pour votre rentrée de septembre en France. Vous avez également le choix parmi plusieurs formules d’hébergement: en famille d’accueil, en résidence, en colocation ou par vos propres moyens. Libre à vous de participer également aux sorties culturelles, touristiques et sportives organisées par les écoles en dehors des heures de cours.

En immersion, l’apprentissage se fait beaucoup plus rapidement. Cette expérience à l’étranger vous permettra d’acquérir, au bout d’un an en moyenne, un niveau C1 dans la langue que vous aurez parlée tout au long de votre séjour. C’est un atout considérable car de nombreuses formations exigent désormais un niveau minimum en langue. Cela vous donnera également la possibilité d’être plus à l’aise pour passer les épreuves de langue des concours d’entrée aux grandes écoles. Quelque soit votre projet en France, vous n’aurez aucun mal à valoriser votre expérience à l’étranger.

Votre première expérience professionnelle à l’étranger

Si vous souhaitez acquérir des compétences professionnelles, tout en vivant l’expérience de l’immersion à l’international, nous vous orientons sur nos programmes « Expérience professionnelle à l’étranger ». Dans le cadre d’une année de césure, nous vous proposons la formule « Demi-Pair » (au choix: Irlande ou Nouvelle-Zélande) et les formules « Job Londres » ou « Stage au Canada ». En tant que demi-pair, vous disposez d’un temps libre considérable, vous permettant de suivre des cours de langue en dehors des heures de travail. Plus que de simples « jobs », ces formules sont un « tout-en-un » à forte valeur ajoutée pour votre CV : immersion totale dans le pays, avec un hébergement en famille d’accueil ou en résidence, des mises à niveau en langue pour faciliter votre adaptation, des formations certifiantes et une mise en pratique de vos acquis en vous confrontant au monde du travail. Vous gagnez en autonomie, en indépendance, vous progressez de façon exponentielle en langue et vous apprenez à tenir de hautes responsabilités professionnelles.

Si vous vous posez la question d’effectuer une année de césure, n’hésitez pas à nous contacter.

Au-delà des informations pratiques que nos équipes d’ARAM FRANCE pourront vous fournir, nous pourrons vous orienter vers une formule adaptée à votre profil, vos objectifs et vos exigences.

En savoir plus sur l’année de césure