Brexit : un fonctionnement à comprendre, des règles à respecter

séjour linguistique junior Londres

Entre les dommages économiques entraînés par la pandémie et le Brexit, la période que nous traversons paraît loin d’être simple pour envisager des départs ! Tâchons d’éclaircir la situation.

Depuis Janvier 2021 les conditions de toute entrée sur les territoires anglais nécessitent l’obtention d’un visa qu’il s’agisse d’une volonté de travailler, étudier ou visiter, le visa est désormais obligatoire pour les français.

Il est essentiel de noter la similitude d’un visa motivé par la visite ou par les études au court terme. En effet, pour une période de 6 mois au moins, le visa visiteur sera également valable pour étudier dans le pays.

… et des points à gagner !

Pour ce qui est des départs s’étendant sur une période supérieur à 6 mois, de nouveaux critères d’admissions verront le jour. Ces derniers, dès l’instant où ils seront validés, feront l’objet d’un cumul de points. Une fois le total de points requis atteint, l’individu sera éligible au visa.

Inévitablement, une offre d’emploi ou de placement en école sera une condition à remplir. Aussi, le niveau de langues ainsi que diverses compétences spécifiques seront désignés comme indicateurs d’admission au visa. Le dernier point à retenir, jouant sur l’éligibilité d’un individu, est sa capacité à subvenir à ses besoins. La personne en question doit pouvoir justifier de moyens financiers correspondant à la période prévue. Ces moyens peuvent être déjà acquis où figurer sur l’offre du futur emploi.

Le Royaume-Uni souhaite cependant maintenir ses frontières ouvertes auprès des étudiants internationaux comme destination d’études linguistiques.

Le choix de ces données de référence attribuant un visa ou non met en évidence la volonté de concentrer les personnes présentant le plus fort potentiel de développement en terme d’apprentissage et d’avenir professionnel.

Qui dit changement, dit adaptation !

Les établissements scolaires anglo-saxons, leurs offres et leurs prix sont divers et variés, faire un choix parmi ces derniers peut s’avérer être compliqué. En effet, les collèges facturent des frais différents pour différentes raisons. Individuellement, les collèges proposent de multiples programmes.

C’est pourquoi il est clairement avantageux de faire appel à des organismes tels que le nôtre. Nous connaissons nos partenaires, qui eux-mêmes travaillent en étroite collaboration avec un large choix d’établissements locaux. Ce qui nous permet de vous accompagner individuellement au mieux.

Cette année, nous avons tout été mis à rude épreuve par le Covid19. Nous relevons encore de nouveaux défis à mesure que la situation progresse. En ce qui concerne la programmation de la saison 2021/22, un défi s’ajout : le Brexit. Bien-sûr, cela rend le système plus compliqué.

Brexit : quelles conséquences sur les projets de scolarité à l’étranger ?

Le 31 décembre 2020 marque la fin de la période de transition. Cela signifie que les étudiants de l’UE qui se portent candidats à un programme de scolarité au Royaume-Uni devront demander un visa d’étudiant. Ils devront prouver qu’ils ont une maîtrise suffisante de l’anglais, qu’ils ont payé des frais de scolarité, et ils devront payer les frais de visa et de services de santé. Cela pourrait changer à nouveau, nous espérons qu’il y aura un parcours plus facile pour les étudiants de l’UE et notamment pour les lycées. Ce point dépend de l’accord qui pourrait être conclu entre le Royaume-Uni et l’UE.

Les choses sont devenues plus complexes, certaines incertitudes subsistent. Nous savons qu’en théorie, les étudiants de l’UE ne pourront plus bénéficier d’un financement public. Cela signifie donc que ce qui était financé par le gouvernement auparavant sera désormais ajouté au prix du programme. Ce n’est cependant pas encore certain. Si des collèges basent désormais leurs prix sur l’attente du financement du programme, d’autres ne le font pas. Une décision finale du gouvernement sur le financement n’est pas attendue avant l’été 2021.

Parlons peu… parlons prix

Les prix des programmes secondaires et universitaires en partie d’année sont déjà basés sur un financement du gouvernement britannique.Par conséquent, il n’y aura pas de changement dans les prix des programmes en partie d’année. Cependant, la procédure d’obtention de visa sera « probablement » davantage fastidieuse pour les étudiants qui restent plus de six mois, affectant les programmes de deux trimestres.

Avec ou sans Brexit, nous sommes là pour vous !

En attendant, nous espérons que vous voudrez venir au Royaume-Uni pour bénéficier d’un des programmes, qui sont d’un excellent rapport qualité-prix malgré le challenge imposé par le Brexit.

Bien sûr, nous tenons à vous offrir la meilleure sélection d’écoles avec une assistance tout au long des procédures de candidatures. La bienveillance ainsi que la personnalisation de chaque aventure pour répondre à vos besoins restent notre priorité.