Esteban dans sa famille d'accueil en Australie

Scolarité de deux années en Baccalauréat International en Angleterre.

Témoignage de Léa – 16 ans et sa maman

Pour ce qui est de l’école, les profs sont tous adorables et compréhensifs. Ça me demande énormément d’énergie et beaucoup de travail après à la maison mais ça je m’y attendais. J’ai déjà eu un contrôle en psychologie mais j’ai eu 8/10 donc je suis assez fière de moi !

Je me suis fait des amis anglaises qui sont adorables aussi. Je me suis aussi fait une amie française et polonaise. On va tous manger ensemble jeudi midi donc ça va être sympa aussi !

Ma famille d’accueil elle est toujours aussi super, très présente et inclusive donc c’est parfait ! Après pour ce qui est du homesick/du manque de ma « vraie » famille c’est très compliqué pour moi, je pleure parfois et j’aimerais vraiment de tout mon cœur pouvoir rentrer aux vacances d’octobre mais pour cela il faut espérer qu’ils enlèvent la quarantaine et je pense qu’ils ne vont pas le faire d’ici-là. Je trouvais que j’appelai un peu trop souvent ma famille (et surtout ma mère) et j’ai l’impression que ça me rendait encore plus mal alors on a décidé d’arrêter pour l’instant ou de faire au maximum un appel par semaine et pas plus (surtout qu’on se parle tous les jours par sms). Cela fait maintenant 4 jours que je ne les ai pas appelés et je me sens un peu mieux.

Susanne, ma host sister, est très sympa, on ne se parle pas énormément parce que nous n’avons pas tout à fait les mêmes centres d’intérêts : elle adore lire et moi j’adore sortir et faire du sport. Mais parfois on sort se balader ou acheter des trucs ensemble donc on s’entend plutôt bien.

De plus c’est vraiment super de pouvoir courir au bord de la mer, je me sens moins dépaysée comme ça ! Je cours 3 fois par semaine avec Lilly (une étudiante allemande en échange également) et on s’entraîne pour faire le semi-marathon de Londres en 2021 ! On compte aussi sûrement partir en vacances ensemble à Chypre cette année ou l’année prochaine donc c’est trop trop cool surtout que je n’y suis jamais allée !

Je pense avoir déjà fait quelques progrès en anglais mais ça reste toujours très difficile, surtout quand les profs me posent des questions. Les matières où j’ai le plus de mal sont la psychologie et la sociologie. Des fois j’aimerais participer et je sens que les profs aimeraient que je participe aussi mais le problème est que pour l’instant je n’ai pas du tout le vocabulaire. Je pourrais répondre en français mais pour l’instant en anglais je ne peux pas.

A bientôt

Léa

A mon tour de vous donner des nouvelles de Léa de ma vision de maman !

Voilà un mois que Léa est partie, l’adaptation a été plutôt douloureuse, nous l’avons soutenue et étions en lien sur WhatsApp. Je sais que ce n’est pas conseillé mais les circonstances ont été et sont encore particulières et inédites. Elle a presque réussi à me faire douter de son choix à un moment malgré toute la confiance que j’ai en elle ! Aussi bien son père, son frère, sa sœur et moi lui rappelions sans cesse son projet, son objectif et pourquoi elle était partie…On a joué un peu aux « shadoks »!

Ceci dit, objectivement tout est en place pour que tout se passe bien. Elle se plaît à discuter avec Lisa et John, rencontrer leur famille, partager les repas, des jeux de société…Depuis la semaine dernière elle a passé un cap, fait des projets, a des habitudes… s’est fait des amies…Elle me dit bien s’entendre avec Suzanne bien qu’elles soient très différentes toutes les deux mais plutôt contente que ce soit sa « host sister ». Elle est très copine avec Lilly, une jeune fille allemande qui est dans le même lycée que Suzanne et habite juste en face de chez Lisa et John. Elles font régulièrement du sport ensemble et projettent même de faire le semi-marathon de Londres en avril, c’est beau les projets !

La rentrée scolaire a été bénéfique, elle a beaucoup de travail, me dit-elle, mais adore le lycée, les profs, Sharon…. tout le monde est bienveillant et elle me dit qu’elle est heureuse car elle commence à se faire à sa nouvelle vie et qu’elle progresse bien dans la langue.

Le fait de l’incertitude du retour en France joue beaucoup aussi par rapport à son moral. J’espère que l’on y verra plus clair en décembre et qu’elle pourra rentrer, sinon on s’adaptera.

Bonne journée à vous

Hélène

Contactez votre conseiller:

04 67 58 35 11

Découvrez nos programmes :

Scolarité à l’étranger

Ecrivez-nous :

Formulaire de contact